Acceuil > Voyages organisés > Uncategorized > Tourisme : l’axe Algérie Tunisie

Tourisme : l’axe Algérie Tunisie

le tourisme entre Algérie et Tunisie

Lorsque les agences de voyage proposent des séjours dans les pays du Maghreb, ils sont tournés vers l’Europe ou des pays plus lointains. Trop longtemps, l’idée d’ouvrir le tourisme au Maghreb pour les Maghrébins était oubliée ou considérée comme quantité négligeable. Les attentats des extrémistes au musée de Tunis, entre autres, ont fait énormément de mal au secteur du tourisme dans toute la région. Cette idée étrange qu’un attentant à Tunis a un impact sur les pays voisins est incompréhensible pour les habitants de ces pays. En Europe, la population qui voyage semble voir les pays du Maghreb comme un grand tout uniforme. Cette nouvelle crise du tourisme a été d’un côté terrible, mais de l’autre, elle a permis au pays du Maghreb de se souvenir qu’ils avaient des voisins qui pourraient avoir envie de découvrir la culture et les richesses de leurs voisins. Si le Maroc reste une valeur sûre qui vient d’être classée comme un pays plus sûr que la France et l’Angleterre pour les touristes, le développement le plus surprenant et rapide est venu des deux frères gentiment ennemis que sont l’Algérie et la Tunisie.

 

Tunisie et Algérie:un tourisme de masse ?

On pourrait penser que le titre est exagéré, pourtant les chiffres officiels sont éloquents. En 2019, ce sont 1,7 millions de Tunisiens qui sont allés en vacances en Algérie et 1,3 millions d’Algériens qui sont partis pour un séjour en Tunisie. C’est donc pour les deux nations, un nouveau rapport économique qui se créée et des liens plus forts à renforcer. Les déclarations des autorités montrent que cet événement est pris très au sérieux et comme une opportunité à ne pas manquer et à encourager. Le ministre algérien du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, était fier d’annoncer ces chiffres et d’expliquer au parterre de journalistes qui le suivaient dans la visite de la région d’Oran, Wilaya, qu’il allait mettre les bouchés double apour la  réussite de la saison du tourisme saharien 2019-2020 non sana avoir fait l’éloge de la région et de son savoir-faire en matière d’accueil du tourisme. Il est vrai que des efforts considérables ont été réalisés dans le sud de l’Algerie que ce soit par l’Etat ou les entreprises privées, en matière d’infrastructures et d’accueil des touristes. On pense évidemment au dernier ensemble hôtel-spa-casino où les visiteurs pourraient se croire dans le Las vegas du Sahara. La principale mesure annoncée par le Ministre concerne l’obtention des visas qui sera facilitée pour tous les touristes de la région. Les Tunisiens bénéficient déjà d’une réglementation qui facilitent les voyages dans cette partie de l’Algérie avec un visa « automatique ».

On remarque que ces chiffres record sont salués par les deux pays, mais que la joie reste mesurée.

Le Ministre Tunisien du Transport et de l’Artisanat – les deux pays arrivent même à avoir les mêmes noms de fonction ministérielle, préfèrent parler en global et on peut le comprendre, car la Tunisie sort d’une période noire à cause des attentats du musée du Bardo. En 2019, uniquement pour les huit premiers mois de l’année la progression était de 15,6% par rapport à la même période en 2018. Cela fait un peu plus de cinq millions de touristes. Il a précisé que les touristes algériens avaient été plus nombreux à hauteur de 17,8%.

En réalité, la Tunisie a vu le changement arriver rapidement, il y a deux ans quand le tourisme européen s’est défaussé et que l’Algérie devenait son client numéro 1 en matière de tourisme. En 2018, les Algériens s’étaient déjà imposés comme première nationalité de visiteurs, avec plus de 2,7 millions d’entrées, soit une progression de +9,2% par rapport à 2017. C’est depuis 2011 que les spécialistes du tourisme tunisien ont vu cette tendance se développer avant de devenir un phénomène de fond. Le secteur du tourisme a su s’adapter en proposant une gamme de prix adaptée au niveau de vie algérien pour attirer les familles de la classe moyenne.

Et demain ?

La jeune démocratie tunisienne est fragile, mais ouverte sur ses voisins. Le jeu que jouent les deux géants du Maghreb est gagnant/gagnant. En ouvrant les frontières du tourisme, c’est toute une économie qui communique et se renforce. Loin de la dépendance aux lubies européennes et mondiales, l’Afrique du Nord peut se développer avec ses propres forces et en travaillant main dans la main. La question est toujours celle de la stabilité et de l’anéantissement des forces obscurantistes qui tentent de déstabiliser le Maghreb en s’attaquant à un secteur crucial : le tourisme.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *